Accueil > Racontage de vie > Une histoire d’alcool

Une histoire d’alcool

Hello mes p’tits pingouins,

je dois vous avouer que c’est une première. Vous êtes en train de vivre quelque chose de grand. In my life, ça n’était encore jamais arrivé. J’ai dû écrire plus de 500 articles, aussi tordus l’un que l’autres ; mais là, celui-ci est assez unique.

Je suis sûr qu’en lisant ces quelques lignes tu dois avoir plein d’idées te traversent l’esprit. Et non, contrairement à ce que tu penses, je ne suis pas en train de culbuter ma copine en levrette pendant que j’écris ces foutues lignes. Un jour, je le ferai. C’est en troisième position sur ma To do list. Et quand ça sera fait, tu seras le premier au courant. Promis. Cela dit, ça risque d’être difficile de pondre quelque chose de correct. Les va-et-vient vont probablement perturber mon art.
Actuellement, je ne suis pas en état de remplir cet objectif. Je ne m’imagine pas tapoter sur le clavier de mon smartphone pendant que je lui fais don de mon pénis magique.

Bref, je vais enfin t’expliquer pourquoi cet article est si unique. J’essaye de faire perdurer le mystère, mais j’ai de moins en moins de conneries à te raconter. En réalité, je suis complètement torché. Oui, oui, tu m’as bien lu. Je sors d’un apéro trèèèès arrosé. On s’est tous mis la misère. Eh oui, je suis étudiant. Ça fait partie de notre quotidien.
Je ne vais pas te faire de grand laïus ; c’est hard d’enchaîner les phrases sans se tromper de touches. Par moment, je vois même mon écran en double. On se croirait dans Space Moutain.
En rentrant chez moi, je me suis dit que t’aimerais bien avoir de mes nouvelles, et qu’il serait grand temps que j’écrive un article. Soyons honnêtes, 2 articles par mois, c’est vraiment minable. Et même pour le plus beau des blogueurs. Faut dire que j’ai pas beaucoup de temps en ce moment. J’ai beaaaauccouuuup de devoirs. A croire que les profs se réunissent pour tout nous balancer la même semaine. On glande rien pendant 3 mois et après on se prend tout dans la gueule en deux semaines. Doivent jubiler ces enfoirés. Du coup, d’ici mi-janvier, je ne devrais pas pondre grand-chose. Ne pleure pas, je reviendrai.

Allez, j’me tire, je dois aller vomir.
Gros bisou sur ta fesse gauche.

PS : j’ai publié l’article à mon réveil. Je n’ai pas touché un mot de mon beau discours. Hier soir, je n’arrivais plus à me rappeler de mon mot de passe pour me connecter à Internet. Ahlala, l’alcool… Du coup, j’ai enregistré mon chef d’oeuvre sur Word et je suis allé vider mes tripes dans les toilettes. Petit conseil : évite d’avaler une tarte flambée avant de te mettre la race, c’est vraiment pas beau à voir. Sur ce, je vais prendre deux dolipranes. J’ai un mal de tête incommensurable (comment j’me la pète avec mes mots sophistiqués).

Publicités
Catégories :Racontage de vie Étiquettes : ,
  1. 4 décembre 2011 à 15:49

    Mais t’as changé de tête ? Je confirme t’es très belle !

    Remets-toi bien de ta gueule de bois ^^

    • 4 décembre 2011 à 17:44

      Yep, j’en avais marre de ces beaux nichons aux traits si bien dessinés.

      Merci Gounjou, ça commence déjà à aller mieux !

  2. 5 décembre 2011 à 03:22

    Faut prendre les doliprannes avant de boire (et accessoirement avant de ce coucher), puis couper l’alcool avec de l’eau (pas dans le même verre, un après l’autre) du coup on bois moins et on reste hydrater !

    Sinon content de te lire, bien hâte de lire ton prochain chef-d’œuvre écrit en levrette ^^

  3. 14 décembre 2011 à 10:54

    Merci pour le partage !

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :