Accueil > Racontage de vie > Ne pissez jamais dans la mer !

Ne pissez jamais dans la mer !

L’autre jour, j’étais allongé tranquillou sur une plage bretonne avec toute la famille. Je dis bien “toute”. Grand-maman, Grand-papa, Frère-geek, Soeur-coquette, Père-flemmard, Mère-casse-pied, Chien-débile… Tout le monde était là.

Après de (très) longues discussions inutiles et aussi chiantes qu’un poisson dans son bocal, je sors mon BlackBerry pour scribouiller un article. En ce moment, j’écris pas mal d’articles sur my second blog. Tu sais, je crois en ce nouveau projet et j’aimerais qu’il se développe très rapidement. Du coup, dès que mon didiateur veut bien se connecter à Internet (soit presque jamais dans ce bled), j’essaye d’écrire un nouvel article. Qu’est ce que je bosse dis donc. Bref, où en étais-je ? Ah oui, je sortais mon BlackBerry pour rédiger un billet. Après 10 minutes d’écriture et de batailles de sable avec Soeur-coquette, je suis pris d’une envie soudaine : faut absolument qu’je pisse. Ma vessie est sur le point d’exploser. Elle va faire ses adieux si je ne me soulage pas. Rapide coup d’oeil. Pas de toilettes à l’horizon. Fais chier. Et j’ai la flemme de marcher 500 mètres pour me trouver un arbre. Dernière solution : l’océan. Après tout, je ne suis pas le seul à le faire. Tous les jours, des dizaines de gosses créent des courants chauds. Faut pas avoir honte.

Je me lève et annonce fièrement à la family que j’vais me baigner. Ah oui, il ne faut pas oublier un p’tit détail : je suis sur la côte Atlantique et la température de l’eau ne dépasse pas les 15 degrés. Faut vraiment avoir la foi pour faire trempette.

Moi : les gens, j’vais me mouiller les fesses.

Mère-casse-pied : hein ?! T’es malade ?! L’eau est glacée.

Moi: même pas peur, j’suis un fou moi.

Mère-casse-pied : p’tet bien mais tu vas encore tomber malade !

Moi: mais nan, j’suis un surhomme, tu sais bien.

Mère-casse-pied : ouais, un surhomme qui va chez le doc’ tous les deux mois.

Moi: on verra bien, j’prends le risque.

Chien-débile : wouf.

Je cours en direction des vagues, pressé d’expédier mon fluide dans l’océan. J’arrive au bord de l’eau. Allez courage, t’as pas le choix de toute façon. Je trempe les pieds. Sa race, c’est gelé. Plus le droit de faire demi-tour, tout le monde me regarde. Je me jette de tout mon body dans l’eau et mon moi intérieur commence à pleurer. Putain, pourquoi je n’ai pas cherché un arbre ? Je nage quelques mètres pour m’isoler des touristes (il y avait quand même une bonne vingtaine de personnes dans l’océan). Je regarde vers l’horizon et je dénoue le noeud de mon maillot de bain. Je sors mon engin et… Rien, j’arrive pas à pisser. Bordel ! J’suis pas entré dans une eau à 15 degrés pour rien ! Après cinq minutes , les premières gouttes commencent à jaillir. Le pied. Sauf que…

J’entends des cris au loin. “Hey ! Hey !”. Putain, j’commençais à peine à uriner. Je me retourne, la quéquette immergée dans l’eau. Je vois Père-flemmard courir vers moi. Tel un hibou, il saute dans l’eau et me rejoint en quelques brasses. Juste le temps de remettre mon fute.

Père-flemmard : t’as pas trop froid ? Au lieu de rester immobile, tu devrais nager.

Moi: uais, j’allais le faire. Je regardais l’horizon. Je profite tu vois.

Père-flemmard : y’a pas grand chose à voir mais bon… Tu viens faire quelques brasses ?

Après quelques longueurs, ma vessie toujours prête à faire BOUM, Père-flemmard se retire enfin. Coolos, j’vais pouvoir pisser à l’aise. J’me place face à plage et j’sors bébé schtroumpf. Elle a bien perdue 5 centimètres la pauvre. Après 10 minutes de prières et d’auto-insultes, je mets près d’une minute pour me vider. Pfiouu, ça fait du bien. V’la le smile que j’tire. Sauf que… Je me retourne pour nouer mon maillot et je me prends une grosse vague sur la tronche. Comme de par hasard. J’me rétame comme une merde, je bois la tasse et je mets bien une minute pour réaliser. La chance n’a jamais été avec moi. J’me relève avec le short sur les chevilles.
Heureusement que j’étais loin du bord, personne n’a pu voir Junior. Même pas mal.

Finalement, j’ai passé environ 30 minutes dans l’eau… Juste pour uriner. Je t’ai dit, j’suis un fou. J’retourne vers la family, complètement frigorifié.

Grand-maman : eh bien, tu es resté longtemps !

Chien-débile : wouf.

Moi: ouais, elle est pas si froide finalement (…) Où est ma serviette ?

Mère-casse-pied : je l’ai rangée. Soeur-coquette s’est amusée à l’enterrer. Tiens, prends la mienne.

Moi: géniaaal. Et il est passé où Frère-Geek ?

Mère-casse-pied : aux toilettes.

Moi: mais y’a pas de toilettes, j’ai déjà checké.

Mère-casse-pied : si, juste là, à côté du marchand de glaces.

Moi: fuck.

True story.

Publicités
Catégories :Racontage de vie Étiquettes : ,
  1. 22 août 2011 à 20:21

    Sache que j’ai grave laulé… Et tu l’as bien mérité, aussi ^^

    • 22 août 2011 à 22:18

      On ne se moque pas 😀 ! Oui, j’y réfléchirai à deux fois la prochaine fois.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :