Accueil > Internet > Blogueurs, n’écrivez pas trop

Blogueurs, n’écrivez pas trop

« Il vient nous donner des conseils à deux balles maintenant ce crétin ? Ca y est, il a un blog depuis deux mois et il se prend pour un Dieu ? Bordel, ya vraiment des cons sur Terre ». Ne mens pas, je suis sûr que tu partages cet avis. T’inquiètes pas, je ne te reproche rien. A ta place, je penserais la même chose.

J’avais déjà écrit un billet similaire sur les jeunes blogueurs et l’argent. Ce n’est pas mon premier article-conseils. De temps à autres, j’aime bien partager mon expérience et te donner quelques idées. Comme ça, tu peux te dire que je ne suis pas qu’un con qui écrit de la merde sans arrêt. Non, je suis aussi un con qui prodigue des conseils sans intérêt.

« Putain, mais il le commence quand son foutu billet ? »

Tous les jours, je feuillette plusieurs blogs. Je croise de temps en temps des billets interminables. Ils s’étalent sur des kilomètres et des kilomètres. Bien entendu, je ne les lis (quasiment) jamais. Enfin, je les parcours vit’fait en diagonale mais je ne vais plus loin. Quoi que, il m’arrive de lire quelques pavés quand j’apprécie l’auteur. Mais bon, c’est rare. Pourquoi ? Parce que je suis un gros flemmard. Ça me fait chier de passer 20 minutes à lire un article. Je regarde toujours la longueur d’un texte avant de le lire. S’il est trop long, je me casse rapido. Je suis un boy très occupé et je n’ai pas que ça à faire de mes journées.
Je ne suis pas le seul énergumène comme ça. L’être humain est un éternel paresseux. Je te le garantis, personne ne lira ce billet-qui-t’a-pris-des-heures-de-rédaction. Je te conseille de te limiter à 500-700 mots. T’auras le temps de développer tes idées et d’attirer tes lecteurs. Au pire, s’il te prend l’envie d’écrire un pavé, tu peux toujours le diviser en plusieurs billets. Enfin, je dis ça je dis rien hein.

Quand je crée un blog, je suis souvent attiré par la magie du blogging. T’as pigé ? Non ? Normal, ma phrase ne veut rien dire. Pour être clair, je me sens obligé d’écrire plusieurs articles par jour. Il m’est arrivé de pondre 5 ou 10 billets à la suite (pas sur ce blog mon coco, j’ai appris de mes erreurs). Malheureusement, cette magie ne dure pas des siècles. Au bout d’un mois ou deux, j’en avais déjà plein le cul de l’écriture. J’étais en overdose quoi. Du coup, je suis vite passé de 5 articles par jour à 2 billets par mois. La morale de l’histoire ? Ne te jette pas sur le bouton « Nouvel article » à longueur de journée. Prend le temps de vivre et zappe un peu ton blog. Il ne va pas disparaître du jour au lendemain (quoi que, ça m’est déjà arrivé). Sinon, tu vas vite être gavé. Bien sûr, il y a des exceptions. Il y en a qui vivent pour l’écriture et qui tiendront des années avec un rythme de publication à trouer ton slip. Avouons-le, ils ne courent pas les rues et je doute que t’en fasses partie.

Conclusion ? N’écris pas de pavés et pense à sauter quelques gonzesses de temps à autres.

Voilà, c’est fait, j’ai dépassé les 500 mots. Je peux me tirer tranquillou.

Crédit photo.

Publicités
Catégories :Internet Étiquettes : , ,
  1. 1 avril 2011 à 22:58

    J’avoue que si c’est un billet long, faut que je connaisse bien le blog sinon je zappe aussi ! Par contre j’ai tendance a écrire assez long, pas à tout les jours (sauf lors d’une série d’article comme en ce moment). Sinon faut pas oublier, on peut sauvegarder les billets, les relire et publier plus tard, toujours utiles pour les semaines ou on a moins de temps et/ou d’inspiration !

    • 2 avril 2011 à 00:13

      Moi aussi, il m’arrive d’écrire de temps en temps des billets assez longs. Mais (malheureusement), ce ne sont pas les billets qui récoltent le plus de succès.

  2. Le Gounjou
    4 avril 2011 à 10:48

    Je ne pense pas que la longueur fasse le succès du billet. Du moment que tu arrives à capter l’attention du lecteur, celui-ci arrive à la fin sans s’en rendre compte. Et diviser son billet en plusieurs parties, ça marche pas, les gens attendent la suite.
    Après, ce que tu viens d’écrire est sûrement destiné à des gens dont le but est de gagner des Sim’s Flouzes ou de faire péter leurs stats. Ce qui n’est pas mon cas, par exemple. Mes partitions sont avant tout un espace de détente et de défouloir. J’écris d’abord parce que ça fait du bien dans le dedans de moi-même, et parfois, écrire après une journée bien pourave, ça fait vachement du bien, même si ça prend des km. Après, s’il s’avère que j’attrape des lecteurs fidèles en cours de route, tant mieux. Mais ce n’est pas mon but premier.

    • 4 avril 2011 à 18:33

      C’est sûr, tout dépend de l’objectif du blogueur.
      Si tu veux former une sorte de communauté(pas une secte hein) avec tes lecteurs fidèles, rien ne t’empêche d’écrire des pavés. Tu sais qu’ils seront lus du début jusqu’à la fin.
      Par contre, comme tu dis, si tu veux arrondir tes fins de mois avec ton blog, tu comprendras vite qu’il est plus intelligent de faire plusieurs articles courts et non un billet très long.

      Et diviser un article en plusieurs parties est faisable. Tout dépend comment tu machines ton truc après. Si tu te débrouilles bien, tu donneras envie à tes lecteurs de revenir pour lire la suite.

  3. jeromeh7
    5 avril 2011 à 13:34

    Ouais ben en fait c’est bien de poser la question, en revanche la réponse apportée me parait bien superficielle.

    la longueur – c’est fonction du propos. Sur que 90 minutes sur 22 mecs qui courent sur l’herbe …c’est long. mais si c’est pour emballer juliette , lui décorer son coeur et lui faire une vidange graissage… ça va , c’est mème un peu juste, en fait…vaudrait mieux en faire un feuilleton.
    http://utopiette.wordpress.com/2011/03/28/felinithe-1-ca-va/

    dans l’ensemble les posts longs sont synonymes de confusion. Si on rédigeait comme on nous l’a appris en 3eme (dans ma génération ) on ne devrait pas dépasser le recto verso d’une feuille A4 en Times 12pt. Ou alors de peu.

    Les posts trop fréquents correspondent à un prurit communicationnel (le gars qui a besoin de parler, trop, ça le démange t’vois ?).

    Il faut d’abord penser au lecteur. A la lectrice dans mon cas.

    • 5 avril 2011 à 18:39

      Même pour emballer Juliette, c’est bien trop long.

      • Le Gounjou
        5 avril 2011 à 18:40

        Moi, ça m’intéresse de savoir comment t’emballes Juliette. Paske j’aime apprendre du sexe opposé.

      • 5 avril 2011 à 19:10

        Moi qui pensais que tu connaissais déjà tout. Je suis déçu.

      • Le Gounjou
        5 avril 2011 à 19:28

        Moi on m’a pas appris que des seins roses pouvaient emballer Juliette.

      • 5 avril 2011 à 20:14

        Ah, on aurait du te le dire.

      • jeromeh7
        6 avril 2011 à 20:55

        Là mon petit pote il y a un fossé des générations.
        Ou alors je suis un surdoué, c’est possible…

        Gounjou : en principe on emballe sur mesure. « J’aime la curiosité chez une femme. » ça pourrait être un genre de truc si tu m’interéssait vraiment. en général le mépris doux marche pas mal aussi.

        Mais, de base, on fait pas au hasard, comme pour la pèche à la ligne.

    • Le Gounjou
      5 avril 2011 à 18:47

      Je suis pas tout à fait d’accord. Un post long peut être écrit de manière claire et structurée.

      Concernant les posts trop fréquents, je préfère un blogueur verbeux par écrit qu’avec un flot de paroles bon à emmerder son voisin.

      • 5 avril 2011 à 19:12

        Tout à fait. Même si le texte fait des kilomètres, rien n’empêche qu’il soit ordonné. Un peu d’attention au moment de l’écriture et le tour est joué.

  4. 9 avril 2011 à 09:57

    C’est vrai qu’il ne faut pas abuser des longs articles. Je viens pourtant de publier un très long article sur mon blog. J’avais mes raisons (je les explique d’ailleurs dans les commentaires). C’était à propos du blogging (le titre, c’était : « Pourquoi bloguer peut changer complètement votre vie », tout un programme…). Je n’ai pas pu résister à quelques envolées lyriques… Mais, en général, je me limite, car de toutes façons, ça prend du temps d’écrire.

    En fait, pour appuyer un peu ce que dit Le Gounjou, si un article est clair et structuré, c’est vrai que ça passe beaucoup mieux. Il y a des articles courts qui sont plus difficiles à lire que beaucoup d’autres articles plus longs.

    En ce qui concerne la fréquence des articles, si on se limite à de vrais articles avec un vrai contenu, on en fera forcément beaucoup moins. Parce qu’il ne suffit pas d’écrire, il faut aussi du temps pour réfléchir, investiguer, préparer…

    • 9 avril 2011 à 12:54

      J’irais lire ton article ce week-end, le sujet me plait.

      Exactement, écrire un long texte de temps en temps ne peut pas faire de mal. Et du moment qu’il est structuré, il n’y a pas de problème. Le plus dur, c’est d’attirer les lecteurs et leur donner envie de lire l’article en entier.

  1. 5 avril 2011 à 22:08

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :