Accueil > Vie > J’aurais voulu être un artiste

J’aurais voulu être un artiste

J’ai toujours rêvé de devenir célèbre. J’aimerais devenir important aux yeux du monde. Quand je me trimballe dans la rue, j’aimerais qu’on vienne m’aborder pour me demander un autographe, un plan cul ou je ne sais quoi. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Je dois faire avec. Quand on m’aborde dans la rue, ce n’est pas pour un autographe mais pour me demander mon numéro (c’est toujours utile d’avoir une belle gueule). Remarquez, c’est déjà un début.

Je rêvais d’être dessinateur

Quand j’étais gosse, je voulais devenir dessinateur. Je passais des heures dans ma chambre à reproduire des dessins. Mickey, Donald, Titeuf et le Grand Schtroumpf ont tous subi le même sort. Ils se sont retrouvés déformés par les traits de mon pinceau. Je voulais percer dans ce métier. Mais, je n’avais aucune chance. Dieu ne m’a pas offert ce don. Je dessine comme une queue. Mes frères et sœurs se moquaient de moi ; ils ricanaient dans leur coin pendant que je me tuais à la tâche. Ils savaient que je n’avais aucune chance devenir le nouveau Zep. Je m’en suis vite rendu compte. Mon rêve et mes projets se sont rapidement cassés la gueule.

Un job banal ? Et puis quoi encore ?

Plus tard, je voulais devenir cycliste professionnel. J’aurais aimé intégrer le peloton et courir auprès d’Armstrong, Nibali ou Contador. A 10 ans, je sortais ma bicyclette tous les week-end et je pédalais à en crever. Je pensais atteindre mon objectif. Une fois encore, mes rêves se sont écroulés. Je n’avais ni la force ni le mental pour devenir cycliste pro.

Je n’ai jamais voulu faire un job comme Monsieur-tout-le-monde. Avocat, Ingénieur, Comptable… Tous ces métiers ne sont pas faits pour moi. J’ai toujours souhaité me débarquer des autres. Encore faut-il trouver sa vocation. Vivre de ma passion, voilà mon objectif. Se faire plaisir tout en gagnant des brouzoufs… Quel pied nan ? Rares sont les personnes qui y parviennent. Peut-être qu’un jour je serais l’heureux élu. Je ne perds pas espoir.

Il n’y a pas si longtemps, j’envisageais de devenir écrivain. J’aime l’écriture et ce métier me permettrait d’avoir une activité en parallèle. Ce job est idéal : vous vous levez à l’heure que voulez, vous sortez quand vous le souhaitez, vous pouvez prendre des jours de repos et des vacances sans problème etc. Néanmoins, être écrivain demande des qualités indispensables. Premièrement, vous devez savoir écrire. Savoir rédiger un texte sans fautes c’est bien, mais captiver et transporter ses lecteurs, c’est autre chose. Puis, vous devez avoir de l’imagination. Je n’ai pas toutes ces qualités. J’ai lancé ce blog pour voir l’étendue de mes capacités. Si j’arrive à regrouper quelques lecteurs fidèles, je serais déjà content. Qui sait, peut-être qu’un jour je sortirai un bouquin ? Stephen King peut se faire du mouron.

Le retour à la réalité

Dans mon enfance, ma mère m’a dit qu’on avait tous un talent caché. Je cherche encore le mien. Je sais juste que je ne serais ni dessinateur, ni cycliste et ni écrivain. Pour le moment, je suis contraint à étudier mes putains de cours dans mon école d’Ingénieur. Il faut bien que j’assure mes arrières.

En tous cas, je ne perds pas espoir. Un jour, je trouverais mon talent caché. Imaginez qu’il me rende populaire. Là, ça serait vraiment le panard absolu.

Crédit photo.

Publicités
Catégories :Vie Étiquettes : , , ,
  1. 4 avril 2011 à 02:41

    Je suis tombé sur cet article en me baladant sur ton blog, en effet rare son ceux qui vive de leur passion, aimé son travail est à la porté de tous, mais en être passionné est bien plus rare !

    Si j’aime mon travail, je ne peux dire qu’il me passionne, car on est trop limité en effectif et en ressource, c’est ce qui me frustre le plus dans le domaine de la santé.

    Pour ton rêve, le premier pas pour y arriver est de s’y accrocher, on ne devient pas écrivain (ou tout autre métier difficile) juste en pratiquant quelques fois, cela demande des centaines, des milliers d’heures de pratiques !

    Si on réussit à passer ce cap, peut-être a-t-on alors la chance d’être publié dans un petit magazine, et encore il faut beaucoup de chance… Malheureusement la plupart vont se décourager bien avant d’avoir atteint ce stade.

    (En me relisant, ça me fait penser à ton billet sur les blogueurs, comme quoi il faut beaucoup de pratique et de régularité pour arriver à ses buts… difficile de continuer quand on a que peu de public, pourtant les débuts sont presque toujours comme ça !)

    • 4 avril 2011 à 18:25

      C’est vrai, c’est difficile d’exercer un métier qui nous passionne. Le chemin qui mène à la réussite et à l’accomplissement du rêve est semé d’embûches. Vaincre ces obstacles et garder la pêche demande un mental hors normes. C’est pour ça que la majorité des gens n’atteignent par leurs rêves : ils abandonnent à la première difficulté.

  2. Le Gounjou
    4 avril 2011 à 10:54

    Pour l’instant, j’ai compté 3 lecteurs fidèles. C’est que tu dois pas être si mauvais que ça, en tant qu’écrivain. Comme koua, faut jamais perdre espoir.

    • 4 avril 2011 à 18:19

      C’est gentil Le Gounjou.

      • Le Gounjou
        4 avril 2011 à 22:51

        De rien, c’est gratuit.

  3. Kat
    27 juillet 2011 à 12:47

    J’ai lu !
    Plutôt que d’écrire un blog, sur un site peu mis en avant et pas vraiment dénicheur de grands talents, lance toi directement dans l’écriture !
    Mon cousin a publié une série de livres grâce à un petit éditeur qui s’appelle « Le Manuscrit ». Les livres sont fins, bourrés de fautes d’orthographes et honnêtement je ne pense pas qu’il deviendra le futur Stephen King, même pas un Marc Levy… mais il en vend quelques uns en participants à des festivals et en organisant des animations dans des librairies.
    C’est une façon de faire son trou, si demain ta plume est repérée par un plus grand éditeur, ce sera une porte d’entrée !
    Pas de livre, pas d’écrivain…
    Bon courage !

  4. 27 juillet 2011 à 23:52

    Merci pour ta lecture et ton commentaire 🙂 .
    Je ne sais pas si l’écriture de romans me plairait tant que ça. Je ne pense pas avoir la plume et le style d’un potentiel écrivain. Qui plus est, je suis quelqu’un de très impatient. Si je gratte un texte, j’aime le publier dans la seconde. Et ce blog m’offre cette option.
    Ecrire un livre demande énormément de temps. Récemment, j’ai écrit un e-book (Comment perdre 10 kg en 1 mois) d’une vingtaine de pages. Et rien que ça, ça m’a pris un temps fou. Je n’imagine pas ce que ça serait avec un roman. Peut-être qu’un jour, si j’suis moins occupé, je me lancerai dans l’aventure.

  1. 30 juin 2011 à 01:11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :